Test de dégradation des matériaux UVC | Atlas

Les textiles, les plastiques, les peintures et de nombreux autres produits sont endommagés par la stérilisation au rayonnement anti-germe UV-C, de plus en plus utilisé pour lutter contre la menace du coronavirus.

  • Aperçu +


    La désinfection et la décontamination des surfaces par l’exposition au rayonnement UVC (en particulier, 253,7 nm) est utilisée depuis plus de 40 ans contre toute une série d’agents pathogènes humains. Il a été démontré que l’utilisation de doses adéquates d’UV-C permet d’atteindre un niveau élevé d’inactivation d’un virus proche du COVID-19, le SRAS COV-1. L’Association internationale des ultraviolets (IUVA) croit que l’on peut s’attendre à des résultats similaires lors du traitement du virus actuel du COVID-19, le SRAS COV-2.

    Compte tenu de l’impact mondial et de la gravité du COVID-19, il y a désormais une utilisation en masse des UVC comme désinfectant. De nombreux appareils qui utilisent les UV-C sont maintenant sur le marché. Les hôpitaux, les automobiles, les avions, les trains, les espaces intérieurs commerciaux et résidentiels sont tous des cas d’utilisation possibles pour la décontamination régulière. D’autres exemples sont l’intérieur des autobus scolaires, des avions, des taxis et d’autres véhicules de covoiturage, des aires d’attente publiques, des musées, des sites de production, des bureaux et bien d’autres.

    Remarque : Les termes « UVC » et « UV-C » sont tous deux utilisés dans la littérature de façon interchangeable. Le rayonnement UVC (ou lumière UVC) est défini comme rayonnement électromagnétique entre 100-280 nm. Les noms alternatifs pour UVC incluent l’irradiation anti-germe ultraviolet et UV à longueur d’onde basse, ou UVGI.

  • Besoins du marché +


    Avec la promulgation de l’UVC comme désinfectant, les ingénieurs en matériaux de toutes les industries, ainsi que les appareils électroniques, les laboratoires d’essais, etc. sont de plus en plus préoccupés par le fait que la désinfection UV-C ajoute un nouveau stress de photodégradation sévère à leurs matériaux, sur lesquels les effets négatifs n’ont pas été étudiés. Ils craignent que leurs matériaux – textiles, plastiques, revêtements, etc. – ne souffrent sévèrement de ce «nouveau stress», beaucoup plus dur que les UV solaires, et qui pourrait considérablement réduire la durée de vie des matériaux.

    Les équipements d’essai de durabilité de matériaux contre le stress d’UVC ne sont pas largement disponible sur le marché. De nombreuses entreprises ont récemment contacté Atlas pour obtenir leur support afin de simuler l’impact de ces dispositifs désinfectants UVC afin d’évaluer les effets d’exposition à long terme.

    Voici quelques exemples de produits, de matériaux et d’applications touchés :

    • L’électronique grand public
    • Les appareils électriques et électroniques
    • L’intérieur automobile
    • L’Intérieur des trains, les plans, des gares et des installations aéroportuaires
    • Les locations de voitures, les autobus publics et scolaires
    • Les hôpitaux, établissements éducatifs, administratifs et autres établissements publics
    • Les Instituts de recherche
    • et beaucoup plus ...

  • Solutions Atlas +


    L’Atlas UVCTest™ est conçu pour tester la durabilité des matériaux exposés au rayonnement UVC centré à 254 nm. Il est basé sur la gamme fluorescente UV reconnue UVTest, avec des modifications spéciales garantissant la sécurité et la fiabilité. Les lampes UVC-254 simulent le rayonnement UV-C anti-germe utilisé par les dispositifs de stérilisation.

    Pour plus d’information, cliquez ici :

    Atlas Material Testing Services offre également un service d’exposition en UVCTest au sein de ses laboratoires de vieillissement accéléré.

    Contactez-nous pour discuter des possibilités de test UVC