Essais fluorescents/UV

Les lampes UV fluorescentes, dont les caractéristiques électriques et mécaniques sont similaires à celles utilisées pour l’éclairage résidentiel et commercial, ont été développées avec des distributions spectrales spécifiques. Ces sources sont intégrées dans des appareils à tubes UV et condensation tels que l’UVTest d’Atlas. Ces appareils peuvent être utilisés dans des essais alternant des cycles de lumière/obscurité, de température, de condensation, d’eau pulvérisée et de contrôle de l’irradiance.

Il existe plusieurs types de lampes UV fluorescentes qui ont des caractéristiques spectrales uniques. Avec les lampes UV-B fluorescentes (F40 et UVB-313), dont le pic se trouve autour de 313 nm, l’énergie est presque entièrement concentrée entre 280 nm et 360 nm. Un grand pourcentage de cette énergie se trouve à des longueurs d’onde plus courtes que celles présentes dans la lumière naturelle du soleil. Il y a très peu de rayonnement avec des longueurs d’onde de plus de 360 nm. Un inversement du classement de stabilité des matériaux a souvent été signalé entre les essais accélérés en laboratoire et les essais en naturel lorsque les essais accélérés font appel à des lampes UV-B. Ceci est dû à la grande quantité d’UV à longueur d’onde courte et à l’absence de rayonnement UV à longueur d’onde longue et de rayonnement visible. Les mécanismes de dégradation peuvent être très différents de ceux des essais « naturels ».

Des lumières noires fluorescentes, aussi appelées lampes UVA, sont disponibles avec des émissions de crête de 340 nm à 370 nm (par exemple, UVA-340 et UVA-351). Dans la lampe UVA-340, mise au point en 1987, l’irradiance à longueur d’onde courte simule celle du rayonnement solaire direct en dessous de 325 nm.

Comme les lampes UV-A n’émettent pas de rayonnement sous le seuil de la lumière solaire naturelle, la corrélation avec le vieillissement en naturel est sensiblement meilleure, mais la durée des essais est plus longue qu’avec les lampes UV-B. On peut toutefois noter que les essais faisant appel à des lampes fluorescentes sont très fréquemment utilisés. Ces essais sont utiles pour effectuer des comparaisons relatives entre divers matériaux dans des conditions spécifiques, mais la comparaison par rapport à la durée de vie en service ou la corrélation avec les expositions en naturel ne sera pas nécessairement valide. Les lampes UV ont leur utilité dans les essais d’évaluation généraux, tels que pour la vérification d’erreurs majeures de formulation à l’aide d’une exposition artificiellement agressive.

L’UVTest d’Atlas est un nouvel instrument présentant des normes plus élevées en matière de fonctionnalités, de facilité d’utilisation, de précision et de sécurité que celles des dispositifs UV fluorescents de la concurrence.
En savoir plus